Amina Mama

Les féministes africaines

Je suis un professeur de chercheur et universitaire et donne des cours sur le genre et la politique de développement de développement, militarisme, la théorie féministe et de la méthodologie et les mouvements de femmes. Je détiens un poste de professeur à la présidence en études de genre à l'Université de Cape Town, Afrique du Sud et je suis actuellement le poste de président de la Distinguished Barbara Lee […]

Je suis un professeur de chercheur et universitaire et donne des cours sur le genre et la politique de développement de développement, militarisme, la théorie féministe et de la méthodologie et les mouvements de femmes. Je détiens un poste de professeur à la présidence en études de genre à l'Université de Cape Town, Afrique du Sud et suis actuellement en tant que Barbara Lee Président distingué dans le leadership des femmes au Mills College à Oakland, Californie.

La plupart de mes travaux de recherche ont été en collaboration, impliquant des équipes de chercheurs africains et des militants qui travaillent à élaborer et à appliquer les principes et les méthodes féministes qui visent à mettre la théorie et l'activisme ensemble. Je développe actuellement un projet de collaboration sur le genre, Militarisme et femmes Activism dans la sous-région ouest-africaine, et plus récemment des projets de recherche sur les sexualités africaines achevé, et le genre et la culture institutionnelle dans les universités africaines. En tant que professeur à temps plein que j'utilise pédagogies féministes dans la salle de classe, et de contribuer au développement des communautés intellectuelles de la pensée politique et la pratique féministes à travers des projets tels que le Réseau des universitaires féministes, le genre et les études des femmes (GWS) listserv, la revue Feminist Africa, et en travaillant avec des collègues à l'élaboration d'un programme féministe pour les enseignants dans les universités publiques.

La plus grande menace extérieure pour les femmes (et par extension l'humanité) est la croissance et l'acceptation d'un misogyne, culture autoritaire et violente du militarisme, dans toutes ses manifestations au sein des différentes institutions du complexe militaro-industriel capitaliste mondial, car ceux-ci sont diversement réitérés dans le monde. Je pense que la survie et le bien-être des femmes en Afrique aujourd'hui est menacée en permanence par l'histoire- accumulations de sédiments de misogynie qui prennent de nombreuses formes. Cela soutient les injustices infligées aux femmes de tous les âges, porter ses fruits dans l'exploitation de leur corps, et le gaspillage de leurs talents. Cela place une responsabilité historique sur ceux d'entre nous qui vivent et vivent bien. Nous contestons l'histoire tous les jours que nous le faisons. Nous devons être conscients de ce, sans succomber au sentiment potentiellement paralysant de culpabilité, traumatisme collectif, intériorisé misogynie, et l'humiliation. Le défi est plutôt de faire bien de toutes les occasions que nous avons à vivre gracieux, paisible, content, vie éthique et généreuse en communauté avec d'autres.

Comme une féministe, Je me consacre à la libération des femmes partout dans le monde, mais surtout dans les contextes africains avec lesquels je le plus étroitement identifier. Je considère ma vie comme un processus continu de recherche et d'apprentissage et j'essaie d'insuffler ce principe dans mon travail professionnel en tant que professeur et chercheur, dans ma vie personnelle, les relations et les pratiques d'éducation des enfants, et dans mon activisme et de soutien pour d'autres partageant cette vision.


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer