Betty Makoni

Les féministes africaines

Je suis le directeur de la Girl Child Network (GCN) qui est une organisation militante pour plus 60, 000 filles au Zimbabwe. J'ai fondé l'organisation en 1998 et je travaille maintenant sur la création d'une sœur organisation au Botswana. Avec GCN, je conçois des programmes d'autonomisation progressive qui facilitent, inculquer et de fournir les moyens pour les filles […]

Je suis le directeur de la Girl Child Network (GCN) qui est une organisation militante pour plus 60, 000 filles au Zimbabwe. J'ai fondé l'organisation en 1998 et je travaille maintenant sur la création d'une sœur organisation au Botswana. Avec GCN, je conçois des programmes d'autonomisation progressive qui facilitent, instiller et fournir les moyens pour les filles à réaliser leur plein potentiel comme dirigeantes. Je suis également le fondateur de Ray of Hope, qui est un réseau de violence conjugale et les victimes de viol se transformer de victimes aux dirigeants, et je suis la personne de point focal principal pour Grassroots Organisations fonctionnant ensemble dans Sisterhood – Zimbabwe, qui réunit la communauté féminine de base des organisations. Je fais la promotion régionale et internationale pour exiger que les instruments juridiques internationaux destinés à protéger les filles ne restent pas juste des mots sur papier. Cependant, ce que j'aime faire plus est création informelle, places gratuites pour les femmes et les filles au niveau communautaire.

Je suis une féministe parce que je n'ai jamais habité dans un monde qui est habitable à l'exception du monde des femmes et des filles. J'ai commencé à vendre des marchandises à six ans avec un groupe de filles. J'ai vécu une vie où seul mon adolescence définie la puissance en moi, et pas les hommes autour de moi. À l'âge de sept je me suis levé pour ma mère qui a souffert de tous les jours la violence domestique et lui a dit de laisser aller de son mariage. J'ai réalisé à cet âge que les femmes peuvent avoir leurs propres espaces sans les hommes et la violence qu'ils infligent. Plus tard, j'ai demandé que je fréquentent des écoles de fille seule. J'ai été fasciné par le monde des religieuses catholiques. Je sentait la liberté et un sentiment d'un mouvement féministe dans le couvent. A un moment j'ai pensé que je voudrais joindre à eux. Pour moi, ils étaient ma première idée de ce que devraient être féministes…femmes qui aiment leur espace et faire ce qu'ils veulent faire. Je sais que je suis une féministe parce que j'ai pris en main ma propre sexualité et il laissera jamais dépendre d'un homme. La société peut très bien avoir une vision étroite de ce que sont les féministes, mais j'ai peur de rien dans le monde du Patriarcat. Pour moi, le patriarcat est une institution, que je travaille à dissoudre et à démanteler.

Comme les femmes africaines, les féministes doivent se battre pour l'espace à faire, se sentir, penser et dire ce qu'ils veulent. Cet espace a été envahi par le patriarcat sous couvert de travail neutre sur le « sexe ». J'ai eu à tenir ferme contre les donateurs désireux d'inclure des garçons dans nos clubs de filles. Leur expliquer que l'espace est pour les filles comme ils sont sont vu refuser cet espace dans tous les autres domaines de la vie. En faisant mon travail, Je suis inspiré par ma pauvre mère qui est décédé à la suite de violence familiale. Je ressens que la même chose ne devrait pas arriver aux femmes et aux filles à nouveau. Femmes rurales, qui ont des histoires fortes de leurs combats contre le patriarcat et la bravoure, Inspirez-moi. Mon mari, qui croit que les femmes devraient pouvoir exposer leur force sans les hommes qui les menacent, m'inspire. Les filles avec qui je travaille m'inspirent. Nous avons besoin d'éduquer les filles dans le féminisme de quand ils sont très jeunes. Féminisme doit être un droit d'aînesse.


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer