Charmaine Pereira

Les féministes africaines

J'habite à Abuja, Nigéria où je suis un indépendant chercheur travaillant sur les questions de sexualité et de l'autonomisation des femmes, pensée féministe et pratique, et les relations des femmes à l'État. Coordonnatrice de l'Initiative pour les études sur les femmes au Nigéria (IWSN), J'ai collecté des fonds pour la recherche et Supervisée d'action sur la politique de harcèlement sexuel […]

J'habite à Abuja, Nigéria où je suis un indépendant chercheur travaillant sur les questions de sexualité et de l'autonomisation des femmes, pensée féministe et pratique, et les relations des femmes à l'État. Coordonnatrice de l'Initiative pour les études sur les femmes au Nigéria (IWSN), J'ai collecté des fonds pour et a supervisé la recherche-action sur la politique de harcèlement sexuel et la violence sexuelle dans six universités nigérianes, et des expériences sur des femmes de la citoyenneté. J'ai été impliqué dans l'activisme entourant le processus de réforme constitutionnelle, action positive pour les femmes en politique, et de contester les lois inéquitables comme le projet de loi Public nudité. J'ai présidé la législative Advocacy Coalition on Violence Against Women (LACVAW), au moment où il a formulé une loi fédérale en la matière, et je suis engagée avec poussoir de la coalition depuis sa promulgation.

Je me nomme une féministe parce que je travaille vers un monde où les femmes soient libérées de cette misogynie, exploitation et subordination et où les hommes soient libérés de la volonté de domination des femmes. Ce qui me motive, c'est un sentiment de profonde injustice aux conditions dans lesquelles tant de femmes vivre leur vie, Si leur oppression est sur la base de la situation économique qu'ils se trouvent, la religion qu'ils pratiquent volontairement ou non, ils choisissent d'aimer et ainsi de suite. Cela doit changer, et pour ce faire, On a besoin d'une analyse critique et un mouvement organisé de contester les relations de pouvoir qui défendent ces inégalités.

Je crois que féministes africaines face à des contextes contemporains marquées par des bouleversements économiques et sociaux et la montée des politiques identitaires dans le sillage de l'impérialisme et militarisme. La violence que cela engendre, en particulier contre les femmes, est inacceptable, que ce soit dans les situations de conflit ou de temps de paix. Corps de la femme, et surtout leurs sexualités, deviennent les cibles des mouvements réactionnaires d'imposer « l'ordre ». Certains de nos principaux défis incluent trouver des cadres intellectuels appropriés à comprendre ces changements et à organiser efficacement contre eux, compte tenu de notre faible nombre et la portée relativement limitée. Je pense que nous pouvons aborder cela en renforçant le mouvement féministe, une rencontre, comme les forums féministes nationaux et continentaux, afin de faciliter le débat, le partage d'expérience et un sentiment d'être renforcé par notre diversité, dans la poursuite des objectifs communs. Je pense que les échanges intergénérationnels sont très importants – un échange bidirectionnel entre les plus expérimentés parmi nous et ceux plus récents de luttes féministes. Mieux, une aide financière et institutionnelle des organisations féminines irait un long chemin à faire notre travail plus efficace.

Dans ma vie professionnelle, J'ai essayé de régler certains de ces défis à travers les types de recherche que je fais et mes efforts pour renforcer la capacité d'enseignement et de recherche dans le sexe et les études féminines. Dans ma vie personnelle, Je m'efforce d'être (pas toujours très réussi) le genre de personne que j'entrevois vivant dans une société féministe – qui peut exercer son esprit critique sans perdre un sens d'ouverture à l'émotionnel en soi-même et autrui ou l'absurdité de la vie(!).

Je suis inspiré par la mettant de l'esprit humain quand j'ai lu les histoires de vie des femmes qui ont surmonté des obstacles immenses dans leur vie. Je suis stimulé par l'utilisation de l'imagination dans les explorations de la vie psychique et émotionnelle dans la littérature. Belles choses comme des fleurs dans le jardin, colibris, la musique – tous contribuent à enrichir ma vie et celle de ceux qui m'entourent. finalement, Je m'émerveille devant mes enfants, les questions qu'ils posent, leurs points de vue sur la vie et la manière dont chacune, dans leurs différentes façons, est plus apte à être fidèle à lui-même, que j'ai jamais été à cet âge.

Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer