Djingarey Maiga

Les féministes africaines

Depuis de nombreuses années maintenant, J'ai vécu et travaillé à Kati, une commune multiculturelle et multiconfessionnelle d'environ un demi-million de personnes se trouvant à environ 13 miles de la capitale du Mali, Bamako. Je sers comme directeur d'une organisation de Femmes malienne et Droits Humains (Femmes et droits de l'homme). Mon organisation cherche à défendre des femmes […]

Depuis de nombreuses années maintenant, J'ai vécu et travaillé à Kati, une commune multiculturelle et multiconfessionnelle d'environ un demi-million de personnes se trouvant à environ 13 miles de la capitale du Mali, Bamako. Je sers comme directeur d'une organisation de Femmes malienne et Droits Humains (Femmes et droits de l'homme). Mon organisation cherche à défendre les droits des femmes, et adopte une approche holistique pour s'attaquer à la santé sexuelle et reproductive, participation politique, droits patrimoniaux et le droit à l'éducation.

Je suis venu à me qualifier une féministe après avoir traversé mes propres expériences face à la discrimination dans ma société et à l'école. J'ai fait très bien à l'école et est venu en premier dans les examens. Les enseignants étaient en colère vers les garçons quand ils ont vu qu'une fille menait la classe. Un jour j'ai demandé à mon père, « une fille saurait le premier?"et il a répondu, "bien..., leur montrer qu'une fille peut!« C'était comme un jeu pour moi de défier les garçons et de combler les places qui devaient pour être réservés aux hommes. Cela m'a aidé à renforcer ma confiance et plus tard m'a fait prendre conscience qu'il était possible de faire changer. Être capable d'analyser, résoudre et agir pour les droits de la femme dans un monde du patriarcat m'a fait me qualifier une féministe. Je suis tellement fière quand les gens de ma communauté m'appellent une féministe.

Après l'école secondaire, j'ai poursuivi des études supérieures et avoir obtenu un diplôme en sciences informatiques, Linguistique appliquée et la Communication sur les droits de l'homme. Communication m'a toujours fasciné comme un outil puissant pour le changement social. Depuis le milieu des années 1990, j'ai travaillé avec l'Institut pour l'éducation populaire comme les droits de l'homme et coordonnateur de l'enseignement féminin et de sexe analyse formateur. J'ai couru des programmes sur l'éducation de la santé reproductive des femmes, l'éradication de la violence contre les femmes (y compris la lutte contre les mutilations génitales féminines), analyse de genre, leadership des femmes et la participation du public. J'ai également travaillé avec le mouvement populaire pour l'éducation aux droits de l'homme comme le Coordinateur National d'une initiative appelée « Villes de droits de l'homme consensuel » qui vise à promouvoir la jouissance des droits de l'homme à l'échelon communautaire partout au Mali. Je continue à collaborer avec d'autres militants sur la scène internationale par le biais de réseaux, y compris les femmes vivant sous lois musulmanes, Réseau mondial des femmes pour la santé génésique, les droits et le Forum de la démocratie d'Afrique. J'ai également supervisé la participation et la planification de la société civile malienne dans le processus de la communauté des démocraties hébergé par Mali. Il s'agit d'un effort international pour renforcer les normes démocratiques et les valeurs dans le monde.

En tant qu'Africains nous relever de nombreux défis, notamment la montée du religieux, les fondamentalismes culturelles et économiques et le défi de faire tout ce que nous faisons dans le monde visible. Il peut s'agir de grands défis. Cependant, je suis un optimiste, et en direct par le dicton « qui a jamais veut, peut! Le changement est possible"


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer