Fatma Zohra Karadja

Les féministes africaines

J'habite en Algérie. Je suis le directeur d'une organisation que prend en charge les enfants abandonnés et prive les femmes. Je suis aussi le Président d'une organisation défend les droits des femmes et des enfants et de fournir un soutien psychologique aux mères. Je suis actuellement le Vice President d'ECOSOCC/AU (Conseil économique et social culturel de l'Afrique […]

J'habite en Algérie. Je suis le directeur d'une organisation que prend en charge les enfants abandonnés et prive les femmes. Je suis aussi le Président d'une organisation défend les droits des femmes et des enfants et de fournir un soutien psychologique aux mères. Je suis actuellement le Vice President d'ECOSOCC/AU (Conseil économique et Social du secteur culturel de l'Union africaine)

J'ai hardiment me qualifier une féministe parce que depuis un étudiant, j'ai toujours été engagé à défendre les droits des femmes. Cela a influencé et façonné mes choix professionnels et ainsi que mon travail de la communauté.

Malgré des progrès dans l'éducation et beaucoup de travail pour promouvoir la condition féminine, Femmes africaines continuent à être soumis à l'injustice sociale et les systèmes patriarcaux qui continuent d'entraver la dignité des femmes, droits et développement.

Le principal défi pour les militants est d'assurer l'application des diverses conventions et instruments ratifiés par les gouvernements.

Pour repousser efficacement contre des efforts visés à entraver la promotion de la femme, Il est nécessaire pour les féministes créer et entretenir des réseaux régionaux vibrants. Cependant, Nous devons réfléchir plus créative comment faire en sorte que ces réseaux fonctionne bien et aide à nous propulser buts avant vers ou ultimes. Il faut également organiser nous-mêmes de telle manière que le plain-pied, nous continuerons à veiller à ce que nous préconisons pour la nouvelle législation si nécessaire, ou la mise en œuvre et respect des instruments législatifs existants qui favorisent nos buts et objectifs. finalement, Nous devons développer de nouveaux modes de pensée autour de comment nous au niveau communautaire et sociétal freiner efficacement la discrimination et la violence fondée sur le sexe.

Pour y parvenir, Nous avons beaucoup de ressources à notre disposition. Nous avons l'expérience des féministes du continent qui ont connu de nombreux changements, Nous avons des guides et trousses d'outils, et nous avons même nos propres initiatives de financement. Une boîte à outils spécifique qui est inestimable dans l'activation de notre travail est la Charte féministe africaine en Afrique. C'est notre responsabilité à l'utiliser, diffuser, adapter et même faire des révisions que nous commençons à mettre en oeuvre avec une vigueur renouvelée et revitaliser nos efforts pour les droits de la femme.

Sur un niveau personel, J'ai réussi à affirmer mon identité féministe dans ma famille, mais aussi les communauté. Par ailleurs, j'ai réussi à élever mes deux enfants, une fille et un garçon et leur inculquer les principes de l'égalité. Dans les années 70, j'ai pris une mesure audacieuse en créant un espace sécuritaire pour fournir un soutien aux mères célibataires qui étaient ostracisées par leur communauté.

Je suis profondément inspiré par l'égalité et ce qu'il représente. Il n'a pas à rester et idéal – mais peut être une réalité vécue. J'attribue aussi complètement à la liberté et de choix. Comme un mouvement féministe, notre objectif est ne pas d'avoir les toutes les femmes à être les mêmes. Notre combat a été de faire en sorte que les femmes ont la liberté de choisir comment ils souhaitent vivre leur vie et doit être respecté quelles que soient les choix qu'ils font.

Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer