Jamesina Essie King

Les féministes africaines

J'ai une passion qui me pousse à contribuer à l'adressage injustice contre les femmes, que qui se manifeste à bien des égards, que ce soit structurel, traditionnel, religieuses ou morales, en leur refusant les possibilités de s'acquitter de leurs potentiels, réaliser leurs rêves, faire et à mener des décisions et à contribuer dans toute la mesure au développement d'eux-mêmes leur société, communauté […]

J'ai une passion qui me pousse à contribuer à l'adressage injustice contre les femmes, que qui se manifeste à bien des égards, que ce soit structurel, traditionnel, religieuses ou morales, en leur refusant les possibilités de s'acquitter de leurs potentiels, réaliser leurs rêves, faire et à mener des décisions et à contribuer dans toute la mesure au développement d'eux-mêmes leur société, Communauté et les pays.

J'ai un poste de maîtrise en droit de l'Université de Georgetown Law Centre et ont exercé le droit en Sierra Leone. Le travail que je fais est un défi constamment, questionnement et évaluer les engagements publics et politiques pour faire avancer les droits des femmes. Je suis un plaidoyer en faveur de Leadership pour les femmes en Afrique, membre de droit de la femme et Public Policy Fellowship et membre fondateur et ex-Président de l'accès légal par désir de femmes pour les droits à l'égalité et la Justice sociale (AVOCATS) – une organisation de juristes Sierra-Léonaises dédiée à l'amélioration de l'accès des femmes à la justice. J'ai contribué à divers mécanismes de justice transitionnelle en Sierra Leone, et ont récemment étudié et publié sur la question de l'égalité des sexes et des réparations en Sierra Leone.

Je sers actuellement comme président et un commissaire à la Commission des droits de l'homme de Sierra Leone. Dans ce rôle, Je travaille avec mes collègues de la Commission de mettre en oeuvre un mandat légal, qui inclut l'enquête sur les violations des droits de l'homme, éducation aux droits de l'homme, et de conseiller le gouvernement sur le respect du droit national les obligations juridiques internationales. Nous surveillons également la mise en œuvre de la vérité et de recommandations de Commissions de réconciliation et de la législation récemment adoptée de Gender Justice. Femmes ont beaucoup souffert pendant la guerre civile en Sierra Leone. Que nous reconstruisons le pays, la Commission des droits de l'homme constitue un mécanisme important pour s'assurer que les droits des femmes sont violés n'est plus.

Je me nomme une féministe parce que je suis fière d'être une femme et ont toujours insisté sur la possibilité de faire des choix sans aucune excuses. J'ai toujours affirmé mon individualité et poursuivi mes ambitions et mes rêves, au meilleur de mes capacités et les possibilités dont je disposais. J'ai assumer l'entière responsabilité des conséquences de toute décision que je fais. Dans mon travail en tant qu'activiste, je suis à l'aise avec travaillant seul, mais j'aime aussi travailler en partenariat avec d'autres femmes, et d'autres partenaires qui partagent mes valeurs, passion et les aspirations d'une société égalitaire et juste.

J'ai toujours essayé d'étudier et de comprendre le contexte dans mon travail, conscient de mes limites, Explorer les possibilités et ne jamais abandonner. J'ai toujours célébré succès dans nos efforts pour faire avancer les causes de la femme et de travailler pour une société meilleure et égale. Je n'ai pas peur d'échouer et envisager les défis comme des occasions de faire des chose s mieux. J'ai réalisé que je ne ferai pas le changement que je veux voir aujourd'hui, mais je suis positive que chaque jour que je vis je suis en contribuant à ce changement


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer