Leymah Gbowee de Roberta

Les féministes africaines

Je suis un libérien, mais actuellement, vivent et travaillent à Accra, Ghana comme directeur exécutif de femmes, la paix et la sécurité réseau Afrique. Je dirige une équipe de femmes très compétentes pour promouvoir la participation des femmes à la paix et la sécurité de gouvernance en Afrique. Cela implique la formation la femme rurale dans le processus de consolidation de la paix des communautés (une de mes passions vraies), […]

Je suis un libérien, mais actuellement, vivent et travaillent à Accra, Ghana comme directeur exécutif de femmes, la paix et la sécurité réseau Afrique. Je dirige une équipe de femmes très compétentes pour promouvoir la participation des femmes à la paix et la sécurité de gouvernance en Afrique. Cela implique la formation la femme rurale dans le processus de consolidation de la paix des communautés (une de mes passions vraies), et organiser et mobiliser des campagnes de plaidoyer paix non-violente. J'ai également consacrer une partie de mon temps de lobbying des décideurs pour la mise en œuvre des instruments beaucoup sur l'implication des femmes dans le processus de paix et de sécurité, spécifiquement les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies 1325 et 1820. J'ai initialement pas comme le lobbying comme il semblait trop concentré sur parla, avec peu ou aucune action. Cependant, j'ai réalisé que les décideurs à ce niveau ont seulement une vue de ce qui se passe. J'ai aussi réalisé que ma « grande gueule » est un moyen de communiquer ce que les femmes en situation de conflit vont vraiment à travers.

Je me nomme une féministe parce que je crois que les femmes ont le droit de vivre et d'atteindre leur pleine Dieu donné potentiels. Je me sens triste à l'état de la femme dans le monde et je souhaite pour plus de changement dans la situation aux côtés de la reconnaissance du fait que les femmes ouvrent la voie à changer cela. Je suis toujours disposé à travailler avec d'autres femmes pour l'amélioration de la condition féminine. au Libéria, J'ai rejoint mes camarades paysannes en appelant à mettre fin à la guerre qui a sévi de nos vies. J'ai toujours pour objectif d'aider les autres à prendre conscience de combien davantage les femmes doivent aller et comment la société restreint leur et prédétermine leurs rôles. Je crois fermement que nous pouvons seulement faire une différence dans le monde par le biais de l'unité et notre force collective.

Dans la société africaine plus les idées fausses sur le féminisme ont causé de nombreuses féministes africaines face compli- Sary stigmate. Nous sommes marqués comme célibataire, lesbienne, sans foi ni loi, féministes radicales, qui refusent l'africain « tradition » de soumettre à leurs hommes les femmes. Je suis conscient que beaucoup de gens ne comprendre pas pleinement ce que le féminisme est d'environ. Je crois que me nommant comme une féministe et énonçant clairement ce que je défends est vraiment important. J'ai appelé moi-même, mais aussi marchait le parler, qui a fait taire beaucoup de critiques.

J'ai tirer force et inspiration de la force et la résilience des femmes africaines, qui continuent à mobiliser et cherchent le changement dans leur situation, Malgré avoir peu ou pas de ressources. Le niveau de passion pour le changement qui est exposée par une femme africaine ordinaire me parle personnellement. Ma pensée est toujours, "si elle ne renonce pas, Malgré les obstacles, qui suis-je pour abandonner?”. Tout d'abord, j'ai vu cela à travers la vie de ma mère et ma grand-mère, les premières féministes africaines que je connaissais.


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer