Maude Mugisha

Les féministes africaines

Même quand je ne savais pas sur le patriarcat, J'ai résisté à elle dans ma vie personnelle. J'ai refusé d'accepter la domination des figures masculines. À l'âge de six je voulais commencer l'école, Cependant mes parents ont dit que je ne pouvais pas, comme ils voulaient me faire rester maison pour s'occuper de ma petite soeur. Mes deux […]

Même quand je ne savais pas sur le patriarcat, J'ai résisté à elle dans ma vie personnelle. J'ai refusé d'accepter la domination des figures masculines. À l'âge de six je voulais commencer l'école, Cependant mes parents ont dit que je ne pouvais pas, comme ils voulaient me faire rester maison pour s'occuper de ma petite soeur. Mes deux frères aînés étaient déjà à l'école et je ne voulais pas qu'ils se sentent comme ils pouvaient venir Accueil et patron me autour. Le premier jour de l'année scolaire mes parents avaient m'a laissé à la maison avec le bébé. Alors j'ai mis le bébé sur le dos et fait sa nourriture avec moi à l'école! L'enseignant a été effrayé de me voir apparaître à l'école composé avec un bébé sur mon dos. Cependant, J'ai était déterminé et n'a pas écouté ses conseils pour rentrer à la maison. Il plus tard s'est arrangé pour moi de laisser le bébé avec sa mère alors que j'ai assisté à l'école tous les matins.

Quand j'avais huit ans, ma mère m'a envoyé un message à donner à mon père comme il assistait à une réunion où les anciens étaient en train de négocier mariée la richesse de mon cousin. Je me suis arrêté derrière une porte et écouté les négocier sur le nombre de vaches du côté de la mariée-à-être nécessaire pour payer, comme s'ils étaient dans un marché. J'étais furieux et retourné la maison oublier de donner le message à mon père. Quand mon père est revenue, J'ai confronté lui et demanda pourquoi ils voulaient vendre mon cousin pour vaches! Il se mit à rire et dit: « c'est la tradition ». Je lui ai dit que si tel était le cas, Ensuite, je ne voulais pas me marier et que se que j'ai fait, il ne devrait pas oser me vendre pour vaches! Il a commenté qu'aucun homme ne voudrait pas m'épouser si je l'ai gardé une telle attitude! Je me suis mariée à l'âge de vingt-deux avec aucun prix échangée. Quand il n'a pas fonctionné pour moi, J'ai quitté. Je suis une femme célibataire heureuse, mais je sais que je suis chanceuse parce que pas toutes les femmes qui vivent une relation de violence sont capables de faire le choix que j'ai fait.

Je vis actuellement en Namibie, travailler en tant que conseiller des sexes à l'équipe de pays des Nations Unies. Précédemment, J'ai travaillé avec deux organisations féministes en Ouganda. Le premier a été l'Action de développement (ACFODE), qui a commencé après la 1985 Conférence internationale de la femme à Nairobi. J'ai postulé pour être son premier directeur général, et il a pris le travail bien qu'il n'y avait pratiquement pas d'argent pour courir l'organisation! Mes neuf années de travail il préciser et renforcer ma compréhension de qui j'étais comme une femme et ma détermination à contribuer à améliorer la vie des femmes. Je me suis déplacé à travailler à Eastern Africa Sub-regional Support Initiative pour la promotion de la femme (EASSI) (1997-2003). Je suis heureux que j'ai contribué à ce que EASSI est aujourd'hui, aller de l'avant avec un plan d'action féministe dans la sous-région.

Je suis une féministe parce que je suis en colère contre le visage de femmes injustices. C'est ma vocation de travailler avec des femmes à démanteler le patriarcat et soutenir les uns les autres à profiter de la vie dans sa totalité. Je crois que le flambeau de féminisme africain a été allumé, et qu'il ne se mettra pas au large


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer