Patricia Ann fait

Les féministes africaines

J'habite au Zimbabwe, et depuis 2002, avoir travaillé comme consultant indépendant sur un certain nombre d'initiatives au sein de l'Afrique australe et au-delà. Mon travail consiste à recherche sur la couverture médiatique des événements et des questions dans une perspective de genre, la compilation et de l'écriture et des boîtes à outils pour manuels les médias et d'autres publics dans le […]

J'habite au Zimbabwe, et depuis 2002, avoir travaillé comme consultant indépendant sur un certain nombre d'initiatives au sein de l'Afrique australe et au-delà. Mon travail consiste à recherche sur la couverture médiatique des événements et des questions dans une perspective de genre, compilation et l'écriture de manuels et outils pour les médias et d'autres publics dans les domaines du genre et médias, VIH et le SIDA, droits de l'homme, gouvernance et les élections et les droits des femmes. Je travaille aussi comme un facilitateur et un formateur de médias.

Comme une femme noire, Je sais par expérience de première main les visages du sexisme et du racisme. Devoir sans cesse prouver sa valeur et valeur dans un monde qui définit et confirme sa valeur humaine en raison de sa race et par sexe, Il n'y a pas d'autre choix que de déclarer son engagement à éradiquer les systèmes, attitudes et méthodes de l'oppression qui cherchent à « me tenir à ma place », et pour faire taire ma voix. Mon coeur, esprit et mon âme sait sans doute que je devrais être pas jugé par la couleur de ma peau ou de mon sexe. C'est la force de mon personnage, la bonté de mon cœur et les moyens que j'utilise mon esprit et talents pour contribuer à ma famille et de nombreuses communautés qui doivent être la mesure de ma valeur. C'est pourquoi je me nomme une féministe.

Dans la sphère professionnelle de mon travail en tant que journaliste, rédacteur en chef et éventuellement un senior media manager dans une Agence de presse internationale, J'ai toujours consciemment utilisé le pouvoir que j'ai eu à assurer l'accès et la liberté d'expression pour les femmes et les voix marginalisées. J'ai écrit au sujet des violations et des inégalités que rencontrent les femmes dans les sociétés, et il a travaillé au sein de la gestion des médias pour mettre en œuvre diverses mesures visant à sensibiliser les médias comment elle perpétue la discrimination et sexisme en milieu de travail, tant dans son contenu éditorial, ainsi que des stratégies et des politiques qui doivent être mises en place à la fin le sexisme et la discrimination contre les femmes dans et à travers les médias.

Dans le cadre du renforcement de notre mouvement, Nous avons besoin d'effectuer un investissement conscient en encourageant le développement de la théorie féministe africaine d'analyser et de faire des liens entre la politique, économique, social, culturel, et les défis du développement au niveau national, régional et mondial. La production des connaissances féministe africaine dans tous les secteurs est essentielle pour donner le pouvoir et durabilité à un mouvement féministe africain. Nous avons besoin exploiter la puissance de la communication, et travailler à l'élaboration d'un discours féministe africaine clairement identifiable qui sert à construire un mouvement par le biais de la production de matériels d'éducation populaire, documents scolaires, littérature et autres formes d'art et des messages de communication et des médias et matériaux. Dans le cadre de notre travail de vulgarisation de féminisme, Nous devons également mettre l'accent sur l'éducation pour une conscience critique d'encourager une réflexion plus éclairée, des discussions éclairées et messagerie éclairée sur le féminisme en Afrique.


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer