Setcheme Jeronime M. Mongbo

Les féministes africaines

J'ai travaillé pendant plus de 17 ans, afin de promouvoir la justice pour les femmes et les filles grâce à l'autonomisation économique, éducation, actions conseils et juridiques. Largement remplir ma mission, J'ai fondé l'organisation SIN-DO, qui est axée sur les femmes et axée sur les femmes. À l'heure actuelle, je travaille comme chef d'équipe du projet EMPOWER, un projet mis en oeuvre par CARE International, […]

J'ai travaillé pendant plus de 17 ans, afin de promouvoir la justice pour les femmes et les filles grâce à l'autonomisation économique, éducation, actions conseils et juridiques. Largement remplir ma mission, J'ai fondé l'organisation SIN-DO, qui est axée sur les femmes et axée sur les femmes. À l'heure actuelle, je travaille comme chef d'équipe du projet EMPOWER, un projet mis en oeuvre par CARE International, qui travaille à promouvoir les droits des femmes par le biais de la réduction de la violence sexiste dans toutes les communes du Bénin. Dans ce cadre, je dirige une équipe de 12 organisations, deux réseaux et centres de promotion sociale publique afin d'accroître la compréhension et l'application des droits des femmes.

Je me nomme une féministe parce que je crois en des valeurs féminines, Je comprends que les femmes sont victimes de violations, et je travaille tous les jours avec eux et avec les hommes pour le plein respect des droits des femmes. Je travaille pour les femmes d'être pleinement reconnus comme des êtres humains.

Comme avec toutes les femmes africaines, Féministes africaines face à normes liées aux culturelles et traditionnelles pressions sociales. Les normes sociales telles que l'espoir aux femmes d'être les dispensateurs de soins unique pour leurs enfants, il est difficile pour de nombreuses femmes d'avoir un emploi à temps plein. En tant que femmes, nombre de féministes n'ont pas les mêmes possibilités que leurs homologues masculins à poursuivre des études ou pour être visible dans la société. Les féministes sont souvent accusés d'être des "deracina- Ted et occidentalisée", qui est une caractérisation incorrecte et injuste.

J'ai eu la chance que dès son jeune âge, j'ai eu prise en charge de mes parents, mais aussi un tempérament courageux qui m'a permis de poursuivre une éducation. J'ai eu des expériences d'organisations féminines internationales telles que l'Association pour les droits de la femme dans le développement et le Fonds mondial pour les femmes de dès le début de ma carrière, qui m'a également exposé au féminisme.

Nous avons encore beaucoup de travail à faire dans la construction du mouvement féministe et pour atteindre les objectifs féministes des droits des femmes et l'émancipation. Pour réussir il faut soutenir les militantes féministes où qu'ils soient et jeunes femmes dans notre travail. Nous devons également continuer à travailler pour changer les lois afin de se conformer aux principes des droits de l'homme, et pour sensibiliser les femmes et les hommes sur les principes des droits de l'homme.

Chaque fois que j'ai besoin de se sentir reconstituée, je me rappelle de la réalité sur le terrain, la vie quotidienne des femmes et leurs combats pour la survie face à d'énormes défis et difficultés. Leur volonté d'exercer est une source d'inspiration.


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer