Nous aimons les féministes: Leigh Ann van der Merwe

Afrifem nouvelles, Blog

Ce message a été partagé sur « le fil féministe‘ Leigh Ann van der Merwe est né en 1982 en Ugie, Eastern Cape d'Afrique du Sud. Ayant grandi en tant que personne de questionnement entre les sexes, elle a lutté pour se conformer aux codes de genre masculins typiques et par conséquent nous sommes toujours sentis laissé à la fois dans la vie familiale et à […]

Ce message a été partagé sur ‘le fil féministe

Leigh Ann van der Merwe
Leigh Ann van der Merweinist

Leigh Ann van der Merwe est né en 1982 en Ugie, Eastern Cape d'Afrique du Sud. Ayant grandi en tant que personne de questionnement entre les sexes, elle a lutté pour se conformer aux codes de genre masculins typiques et par conséquent nous sommes toujours sentis laissé à la fois dans la vie familiale et à l'école. premier défi de genre de Leigh Ann a tenté de jouer sur l'équipe de lycée Ugie Netball. Netball est un code de sport féminin typique en Afrique du Sud. Elle se débattait au lycée et est diplômé de Blackhealth High School 2000. Elle inscrit à un baccalauréat en droit à l'Université du Cap occidental 2001 mais n'a pas terminé en raison de difficultés financières. Elle a commencé à travailler comme contrôleur dans une entreprise de gestion de la sécurité. Ce fut par une autre femme trans que Leigh Ann a été introduite à l'activisme trans 2007. Son expérience du militantisme comprend être un candidat dans la Programme d'échange Afrique Transitioning de 2010 À 2011. Leigh Ann était également membre du Open Society / Fondation autrichienne américaine / Centre transgenre d'excellence à Salzbourg, Autriche en Octobre 2011 et lors d'une consultation transgenre à l'ONUSIDA à Genève en Novembre 2011. Elle est titulaire d'un siège au comité directeur des Nations Unies pour les personnes transgenres dans le Sud. Leigh Ann a examiné un certain nombre de ressources de la littérature de genre produites par d'autres ONG et faisait partie de l'équipe d'étude sur un rapport du FNUAP sur les défis des travailleuses du sexe dans la région de East London. Elle participe activement à un certain nombre de Dealing ONG avec le sexe & les problèmes des femmes, VIH et la santé publique. Elle est aussi le secrétaire du conseil d'administration d'une ONG basée à Londres Est travaillant avec les orphelins et les enfants vulnérables. Elle a présenté deux documents au premier Sexe Dynamix Transgenre Santé et Recherche, Novembre 2011. Son article sur Transgenre Féminisme est actuellement à l'étude pour les nouvelles voix dans la publication de psychologie à l'Université d'Afrique du Sud. Dans 2012, Leigh Ann a reçu un prix du Centre de soutien aux femmes Masimanyane en reconnaissance de son travail en tant que défenseur des droits des femmes. Elle est titulaire d'un certificat en journalisme communautaire de l'Université d'Afrique du Sud et travaille à la finalisation d'un B.Une. diplôme en Sciences de la communication. Elle se passionne pour le féminisme et les droits des femmes.

TET: Parlez nous de vous.

Leigh Ann van der Merwe: J'ai grandi dans une petite ville dans la province du Cap-Oriental de l'Afrique du Sud a appelé Ugie. Ma famille toujours blague et dire que si vous ne frappez pas les freins de votre voiture rapide et assez dur, vous pourriez glisser à travers Ugie. J'ai grandi avec ma grand-mère qui est la personne la plus forte que je sais. Ma mère a passé quand j'avais deux ans. Je suis le dernier né de douze enfants. J'ai été élevé dans une maison pleine d'autres enfants et ce que je me souviens avec émotion est de raconter des histoires de fantômes devant notre vieux poêle « perle ». En grandissant, j'étais un petit garçon vraiment féminin, mais je rappelle toujours ma masculinité et comment je devrais accepter et embrasser cette. Dans le même souffle que je veux exprimer à quel point ma famille contredit cette affirmation « mâle », car en quelque sorte je suis toujours attendu à friser les cheveux de tout le monde sur un dimanche après-midi, et la seule chose qui m'a attaché à ma tante fin Mavis, est de savoir comment les deux d'entre nous ont à l'eau ses plantes de maison un dimanche matin. Elle a toujours l'habitude de me montrer comment faire cuire cela et comment faire cuire que ... tant pour l'affirmation de la masculinité, et tout ce que cela signifie dans un contexte africain!

Même si je ne pouvais pas comprendre le féminisme comme une philosophie à l'époque, Je ne pouvais pas en quelque sorte à surmonter étant prévu de faire certaines choses pour mes cousins ​​quand ils pouvaient le faire eux-mêmes. A ce stade, dans la vie, Je comprends parfaitement ces actions faisaient partie de la programmation sociale que nous « faisons » certaines choses pour des personnages masculins comme faisant partie intégrante du système patriarcal. J'ai grandi parmi les hommes très masculins qui ont fait des choses très masculines comme la chasse, pêche, faire du sport, mais il ne me intéressait. J'étais toujours dans la cuisine, maison à jouer (être la femme de quelqu'un - c'est vraiment drôle maintenant, l'idée d'être la femme de quelqu'un) ou sur le terrain netball, où je jouais la position du défenseur. J'ai grandi dans les années quatre-vingt et avait tant d'admiration pour la lutte politique pour la liberté en Afrique du Sud au moment. Je l'habitude d'aimer chanter sur les chansons de lutte qui venait parfois à la radio et en silence, je me suis promis que je serais en quelque sorte, d'une certaine façon de faire partie du changement, et cette promesse silencieuse m'a conduit à un engagement envers les droits de l'homme pour tous.

TET: Comment avez-vous finalement venir au féminisme et comment vivez-vous le féminisme dans votre vie et l'activisme maintenant?

Leigh Ann van der Merwe: D'accord, si grandir, la façon dont j'envisageais ma vie que je transition d'homme à femme, se marier (Je l'ai déjà eu mon partenaire à l'esprit), adopter un enfant ... ou deux ou trois, obtenir un emploi (peut-être au Parlement) pour moi-même, acheter une maison, et acheter une voiture (cela était dans mon esprit une Toyota Camry). Je s'asseoir et rêver pendant des heures et des heures. Tout ce que je voulais faire était de quitter cette petite ville, Voyage à la ville et commencer à construire mon rêve. Ce rêve a pris un coup dans 1999 quand ma sœur a été tuée par son amant. Je ne suis plus que. En effet, je me suis déplacé loin, Je terminé le lycée et l'université a commencé. Les choses ne se passent pas comme prévu et j'ai fini de retour à la maison. J'ai eu un travail (pas mon travail de rêve - fermer nulle part à distance à elle), J'ai perdu de vue mes rêves, J'ai pris du poids, Je réalisé à quel étranger le monde peut être si vous ne correspondez pas au -whatever « norme » qui pourrait être. J'ai rejoint le mouvement transgenre et je commencé à me battre pour les droits humains des personnes, mais en quelque sorte, quelque part, manquait quelque chose. Pour certaines raisons, Je ne pouvais pas supporter l'idée d'être prévu pour remplir certains rôles masculins et féminins (dans mon nouveau très affirmées et très accepté le rôle de genre à ce moment). J'effectué un stage à sexe DynamiX et a été encadré par un bon ami et ancien collègue. Il ouvrit les yeux sur la réalité de la vie pour les femmes - et maintenant je suis une femme, comme je l'ai toujours été dans mon cœur et de l'esprit. Alors, mon identité sexuelle et l'expression de celle-ci a été largement acceptée, mais je me suis senti opprimé en étant une femme instruite et pourtant je devais présenter aux hommes de choix dans ma famille en. Je très publiquement pris l'étiquette féministe, mais avant que je l'ai fait, Je devais réfléchir sur ce que cisgenre (non transgenre) les femmes diraient de moi d'être nés et socialisés comme un homme (bien ... socialisé comme un homme ... Je ne suis pas sûr de cela, mais quand même ...). Je devais réfléchir à ce que signifie être une femme transgenre et être féministe, puis il me est apparu que c'était une question devant être traitée dans le cadre de l'organisation formelle. La façon dont je vis et respire mon féminisme est le fait que je me lève chaque matin; aller à une organisation que j'ai fondé. Je n'ai pas eu un salaire pour les deux dernières années, mais je ne l'ai pas eu un meilleur amour que ce bébé que je soulèverai. Dans deux ans, il est passé d'une simple idée de ce qu'il est maintenant: ELLE.

TET: S.H.E se concentre sur l'Afrique Trans féminismes - Comment définissez-vous ce cadre et que pensez-vous d'Afrique Trans féminismes apporter au mouvement féministe?

Leigh Ann van der Merwe: Je ne veux pas penser africaine Trans Féminisme comme quelque chose de distinct de toute autre forme de féminisme. Je ne pense pas que je puisse attacher une seule définition à elle. Pour moi, Trans Féminisme est une façon de transformation de la réflexion sur le féminisme, le féminisme inclusif de toutes les identités; en particulier ceux relégués aux marges comme les femmes VIH +, les travailleurs du sexe, les femmes ayant des aptitudes différentes, transgenres et intersexuées, réfugiés et personnes déplacées à l'intérieur et à l'extérieur. Je vois toutes ces identités dans Trans Féminisme. L'utilisation du mot Trans pour moi n'est pas utilisé spécifiquement dans le contexte de la variance de genre, mais Trans (formatif): une alternative à la marque de féminismes caractérisée par des pratiques rigides et des idéologies comme aisselles poilues et les jambes rasées, hiérarchies de pouvoir sur qui appartient et qui ne. Trans Féminisme apporte une nouvelle perspective au féminisme, une approche « de la boîte ». Un féminisme où nous ne formulons pas les mêmes valeurs patriarcales que nous voulions se éloigner en premier lieu.

TET: Vous avez grandi dans une relativement conservatrice, « Traditionnel » maison et communauté où le patriarcat a été ancrée et justifiée dans la « culture ». Ce qui a cela signifiait pour vous et comment vous sentez-vous le mouvement féministe africain peut changer les discours et les pratiques de la tradition et de la culture loin de l'oppression et le patriarcat?

Leigh Ann van der Merwe: Je me souviens dans mon enfance, il y avait certaines choses qu'une femme ne pouvait même dire. Pour moi, Cela signifie que leurs sont / étaient certaines choses que les femmes ne pouvaient même pas penser. Le patriarcat est tellement enracinée dans nos sociétés dans la mesure où les femmes se sentent frustrés chaque matin sur ce qu'il faut porter, comment faire ses cheveux (bad hair days), comment articuler ses propres problèmes ... toutes les déclarations très politiques que nous négligeons parce que nous avons été socialisés à penser que ce sont les problèmes de toutes les femmes petites. Petit-nous savons que nos insécurités sur la longueur de nos robes sont quelque chose racines bien plus profondément dans un système, que nous sommes faits à croire, fait partie du tissu social solide moral! J'ai grandi dans un cadre traditionnel, maison chrétienne où nous avons eu des études bibliques le jeudi et le service dimanche droit dans notre salon. Je suis porté à croire que Dieu est tout, ne jamais remettre en question toutes les choses qui vont mal dans la vie .... à croire en bien et du mal et que le bien triomphera du mal un jour et (le meilleur) que mes moyens féminins pourraient me conduire aux feux brûlants de l'enfer. Le feu de l'enfer est ici et maintenant!

féminisme africain peut nous détourner de cette mentalité. Nous avons besoin de plus de jeunes féministes africains à faire face patriarchie la minute il fait surface dans nos pratiques. le féminisme africain soulèvera l'enfant fille intelligente qui sera en mesure de penser et de comprendre pour elle-même dans la femme qui sera en mesure d'articuler ses propres problèmes. Notre incontournable de militantisme féministe matériel pour développer les femmes leaders de demain.

TET: Qui ont été vos sources d'inspiration et comment vous ont-ils en forme?

Leigh Ann van der Merwe: Wow ... il y a eu tant de. Au cours des années précédentes, il a été Oprah. J'adore l'idée d'une femme noire indépendante qui est un tel succès et qui n'a pas la nécessité de définir son existence par des relations ou le mariage. J'ai le plus grand respect pour les icônes de lutte sud-africaine comme Lillian Ngoyi et Nkosazana Dlamini Zuma. Les féministes modernes que j'aime et le respect comprennent: Thule Madonsela, Pregs Govender, Tsitsi Dengaremba, Hakima Abbas, Jessica Horn et Zanele Muholi. J'ai tant de modèles dans mon cercle intérieur. Ils comprennent: Dr. Mzikazi ministre, Liesl Theron, Stevens Marion, Gabrielle Le Roux, Daphney Conco, Jane Bennett, et Sally Shackleton. Je viens de dessiner l'amour et l'inspiration de toutes ces femmes dans ma vie.

TET: Quelle est votre vision pour l'Afrique et le mouvement féministe trans et quel rôle espérez-vous jouer dans ce?

Leigh Ann van der Merwe: Je serai très franc et dire que notre premier mouvement devrait être d'amener les femmes transgenres à penser au-delà des tenues de plumes roses et des talons hauts et se rendre compte qu'il ya beaucoup plus grandes questions politiques en jeu. Je veux voir un fort mouvement où les femmes transgenres, aux côtés des travailleurs du sexe, Femmes VIH , les femmes ayant des aptitudes différentes et tant d'autres identités, sont fait une place dans les espaces féministes. Un fort mouvement où l'on ne se voit pas comme l'ennemi et se rendre compte que nous devons lutter contre les inégalités découlant du patriarcat. Je veux voir un mouvement féministe trans africain où toutes ces femmes généralement poussés aux marges, ont des sièges dans nos gouvernements, dans des positions où ils sont des leaders, dans des positions où ils sont les responsables politiques. Je veux voir l'égalité et la justice pour toutes les femmes. Quel est mon rôle dans tout cela? Tout commence avec moi!

Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer