Katana Gégé Bukuru

Les féministes africaines

J'habite à Uvira au Sud-Kivu à l'est de la République démocratique du Congo. Je travaille pour une organisation nommée défenseurs Solidarité mouvement des femmes des droits de (Solidarité des Femmes Activistes versez la Défense des Droits Humaines- SOFAD). Nous travaillons avec un réseau local de plus 600 les femmes pour mettre fin à la violence sexuelle et de fournir […]

J'habite à Uvira au Sud-Kivu à l'est de la République démocratique du Congo. Je travaille pour une organisation nommée défenseurs Solidarité mouvement des femmes des droits de (Solidarité des Femmes Activistes versez la Défense des Droits Humaines- SOFAD). Nous travaillons avec un réseau local de plus 600 femmes à mettre fin à la violence sexuelle et fournir des conseils aux victimes de viol. Nous formons et mobiliser les femmes militantes et intensifier leur participation à la protection et la promotion des droits de l'homme, faciliter la réhabilitation des victimes de toutes les formes de violence, et la lutte contre la prolifération des armes légères dans tous les pays des grands lacs et en Afrique de l'est largement. Au cours de la guerre et les conflits armés les femmes et les filles sont soumises à toutes sortes de violences commises à leur encontre. Pour cette raison, mon organisation nous assurer que les femmes sont les bénéficiaires directs de nos interventions. Nous avons organisé des femmes dans les clubs de la paix dans nos diverses zones résidentielles avec l'espoir que ce réseau de groupes se développera en un fort mouvement féministe. Nous nous concentrons également sur l'autonomisation des femmes à participer à la paix et autres processus politiques de leurs pays, et d'utiliser les technologies de la communication d'engager avec les médias et faire le plaidoyer. Je me nomme une féministe parce que je me bats vigoureusement en faveur des droits pour toutes les femmes, indépendamment de leur race, affiliation politique ou religieuse. En plus d'un quart de siècle de militantisme, j'ai rencontré toutes sortes de menaces qui pèsent sur ma vie et personne de groupes armés et d'autres. Cependant, Je pense que ce combat doit continuer, et je suis prêt à garder du mal. J'ai été humilié que mon travail a été reconnu dans 2007 Quand j'ai reçu un prix de Frontline défenseur des droits de l'homme. Les féministes travaillent souvent dans des contextes très stressants, qui affecte leur propre bien-être tant qu'activistes. Nous sommes souvent mis sous contrôle par nos gouvernements ou par des personnes dans nos communautés. Cela peut avoir des conséquences physiques et psychologiques pour nous tant qu'activistes. Lorsque nous parlons de développement durable des organisations de femmes qui ont été touchés par la guerre, Il est nécessaire de mettre en évidence les problèmes psychologiques causés par la menace de mort, la perturbation des plans de votre organisation, et la perte de l'estime de soi qui peut résulter de témoins de la violence et le désespoir. Il est urgent d'aborder le bien-être des féministes en Afrique. Nous avons également besoin construire et consolider notre puissance économique comme le mouvement féministe. Réfléchissant à mes nombreuses années en tant qu'activiste, Je reste inspiré par l'engagement des femmes dans le monde entier, et par les initiatives des membres des clubs de paix pour renforcer le mouvement féministe dans mon pays


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer