Sisterhood est mon arme politique et féministe outil

Afrifem nouvelles, Blog, Discussion

Par Moiyattu Banya Il a été une année depuis 273 jeunes filles ont été portées disparues au Nigeria, en raison des enlèvements par le réseau terroriste Boko Haram. Avec lourdeur dans mon cœur, je m'arrête pour réfléchir sur les injustices, les femmes continuent à faire face dans le monde entier, Je sais que ces réseaux de solidarité, nous créons, ces réseaux sororité […]

Par Moiyattu Banya

 

joignit-mains-541849_1280
Cela fait un an depuis 273 jeunes filles ont été portées disparues au Nigeria, en raison des enlèvements par le réseau terroriste Boko Haram. Avec lourdeur dans mon cœur, je m'arrête pour réfléchir sur les injustices, les femmes continuent à faire face dans le monde entier, Je sais que ces réseaux de solidarité, nous créons, ces réseaux de sororité est ce qui soutiennent nos voix soient entendues, et ils sont ce que nous faire prospérer même lorsque les choses semblent sombres et comme s'il n'y a rien à. Ramener nos filles a commencé comme une campagne, est devenu un slogan de ménage et est maintenant un mouvement, dirigée par des femmes africaines pour les filles qui restent encore manquantes. Comme nous sommes ensemble comme sœurs et la solidarité, activistes continuent de rappeler au monde que nous ne pouvons pas abandonner. Le mouvement de faire retour nos filles soulevées visibilité à la question de la protection de la subsistance des jeunes filles au Nigeria contre ce genre de situation terrible. Le fait que nous pouvons envoyer des messages via twitter et Whatsapp à l'autre et une réponse globale se produit autour de nos problèmes, que ce soit le viol, ou de violences sexuelles, ou de violation de la nos droits de l'homme prouve que la notion de fraternité est celle qui a existé pendant des siècles et continue d'être une forte partie de ce mouvement. La notion de fraternité nous aide en tant que femmes prospèrent et se développent et aide notre travail afin d'en fin de compte pour améliorer la vie des autres. Que ce soit ce coup de téléphone d'étendre votre soutien mutuel, ou cette soeur debout à côté de vous dans une marche à Nairobi nous sont ici et ne va nulle part. Nos voix restera, haute voix claire et cohérente. Sisterhood a une force qui lui, Il nous rassemble en tant que femmes africaines, transcende toutes les frontières, lois, et les restrictions qui peuvent essayer de nous ligoter.

Au début du 2014, J'ai aussi une série intitulée le féminisme et la Fraternité sur mon blog Femmes|Changement|Afrique. Les leçons que j'ai appris par les femmes que j'ai interrogées ont confirmé pour moi que la sororité était très importante pour eux en tant que féministes. Ce qui m'a frappé le plus sur les entrevues était comment Sisterhood est passée de l'espace personnel à l'espace politique pour la plupart des femmes. Par personnel je veux dire les expériences quotidiennes relatives à des questions plus informelles et par politique je parle de travail activiste. Dans un sens, la plupart des femmes déclarent qu'ils se sont fondés sur les réseaux des femmes autour d'eux pour soutenir personnellement mais aussi dans leur travail de militantisme pour obtenir des conseils dans l'élaboration de stratégies autour de leurs espaces de militantisme que ce soit entreprises, organisations, etc.. Je vous suggère donc de mes expériences que les femmes qui se soutiennent mutuellement faire mieux dans leur vie et dans leurs domaines de travail. Je tiens également à penser que le terme « Sis » donc pour moi est un délibéré moyen de créer des alliances authentiques et de tisser des liens avec des femmes africaines qui sont véritablement solidaire et respectifs de l'individu et le collectif.

Femme africaine j'ai eu la chance de découvrir cette forme de fraternité avec les femmes africaines que j'ai rencontrés au cours des années. En juillet 2005 J'ai été choisi pour participer à un atelier au Sénégal pour les jeunes femmes leaders africains. L'atelier était axé sur le renforcement de la capacité de leadership des femmes africaines, sur le continent et dans la diaspora. Pour moi la chose la plus importante que je suis parti de la Conférence était que, en effet, ces réseaux de sororité des femmes africaines était important, Je repartis avec sœurs tout au long de cet espace, de toute l'Afrique. Huit ans plus tard, je garde toujours des relations très fortes avec ces femmes. À ce jour nous avons tous s'entraider sur les niveaux de personnels et de travail. Soutien peut ressembler, fournissant des conseils pratiques d'entretien d'une soeur qui cherche à appliquer pour une séance de travaux majeurs, soutenir une soeur qui est en cours d'exécution pour un concours Gagnez, soutenir les sœurs à travers un moment difficile, Il est devenu quelque chose de naturel. Nous étions connectés en tant que sœurs à travers notre travail de militantisme féministe et il est devenu un processus naturel qui a alimenté jusque dans nos vies personnelles. À travers les années, autant que nous ne voyons pas mutuellement dans les espaces physiques, en raison des relations que nous avons construit et les moyens de continues nous soutenir mutuellement, nos réseaux ont prospéré et finalement nous soutenons le travail des uns et des autres à cause de cela. Certaines femmes ont reçu des possibilités des autres femmes, qui améliore encore notre travail, certains ont remporté le concours grâce à des réseaux en votant pour eux etc..

Avance rapide jusqu'à 2014 un atelier, j'ai assisté en Ouganda pour les rédacteurs de femmes africaines, l'idée que bien des sœurs était un élément fort pour les jeunes féministes africains est devenu évident. L'atelier a affirmé pour moi que nous, les femmes africaines féministes prospèrent sur la fraternité de façon très organique, mais aussi dans un espace politique aussi bien. Lors de l'atelier particulier en Ouganda, nous avons discuté tout de violence contre les femmes, à nos poils naturels, aux relations, tout dans ce cadre de la société inégale que nous nous trouvons en tant que femmes. Nous avons discuté comment nous possédons notre Agence en tant que femmes dans nos différents espaces de l'écriture et dans notre travail. Pour moi ce qui ressortait le plus était que notre agence se situe dans notre fraternité et les relations que nous avons construit au cours de la Conférence, et ceux qui continuent à se développer bien au-delà de la Conférence, à l'instar de mes soeurs au Sénégal. Je fis sœurs encore une fois et ma communauté des supporters et sœurs grandi. Ces femmes m'a étonné avec leur intelligence, mais aussi avec leur pouvoir et leur engagement à soutenir les efforts de notre écriture et personnels.

Feminist Scholar bell hooks dans son livre "Féminisme est pour tout le monde» déclare «sororité féministe est enracinée dans l'engagement commun à lutter contre l'injustice patriarcale, peu importe la forme que l'injustice prend" . Dans l'espace politique, ce qui nous relie en tant que féministes africaines et sœurs est la lutte constante contre les injustices des normes patriarcales placés sur nous.

Dans les mois plus tard de 2014, À Nairobi, Il a été signalé qu'une femme a été déshabillée pour porter une jupe courte et a même été violée. Les femmes se sont réunis à Nairobi et les femmes partout dans le monde qui n'étaient pas à Nairobi se sont réunis a écrit des articles, et poussé pour la délivrance de se déclencher sur les plateformes internationales. Cela fait alors la pression sur les gouvernements, mais aussi les femmes se sentent soutenues qu'ils n'étaient pas seuls. De même en Egypte sous le régime de Moubarak 30 les défenseurs des droits de l'homme de la femme ont été arrêtés pour avoir protesté contre la protestation et le droit Public de l'Assemblée en Egypte parmi eux étant Yara Sallam, Sanna Sherif, une fois de plus les femmes se sont réunis et a parlé contre ces injustices. Dans un récent recueil du Forum féministe africaine pour la 16 jours des histoires de campagne, poèmes, essais sont en cours de compilation de femmes d'exprimer leur soutien et leur solidarité contre cette décision illégale, qui a causé les militants à être emprisonné pour 3 années. Les systèmes de soutien des réseaux de la Fraternité existe non seulement en tant que soutien personnel pour l'autre ils existent également comme nos armes politiques en tant que féministes africaines, ils servent comme un moyen pour nous d'élaborer des stratégies, entraider mentalement et émotionnellement, mais aussi un soutien dans l'égalité pour les femmes dans nos sociétés à travers des approches politiques tels que les marches, signature de pétitions, etc., deux de ces actions qui ont eu lieu avec respect dans les cas mentionnés.

 

Moiyattu est un Mover numérique et Shaker, et écrivain . Elle a actuellement enseigne les études féminines à l'Université Temple ainsi que fait consulting international avec diverses organisations féminines en Afrique et la diaspora. Elle est fondatrice de Changent de femmes Afrique et co-fondateur de Filles, sommet autonomisation Sierra Leone. Moiyattu fait partie de la Femme Africaine Fonds (AWDF) Communauté des femmes africaines écrivains. Cliquez ici pour en savoir plus.

Envoyer

Le « projet d'ancêtres féministe africaine » vise à documenter la riche histoire des luttes des femmes américaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer