Mettre à jour: Dr. Isatou Touray et Mme. Amie Bojang-Sissoho

Afrifem nouvelles, Blog

Le Forum féministe africain est indigné par le traitement du Dr. Isatou Touray et Mme. Amie Bojang-Sissoho. Les deux sœurs féministes gambiens (et les membres de l'AFF) ont été détenus pendant 10 jours avant un absurdement élevé caution a été fixée, et, sont maintenant jugés pour un vol présumé – dont propre enquête du gouvernement gambien […]

Le Forum féministe africain est indigné par le traitement du Dr. Isatou Touray et Mme. Amie Bojang-Sissoho. Les deux sœurs féministes gambiens (et les membres de l'AFF) ont été détenus pendant 10 jours avant un absurdement élevé caution a été fixée, et, sont maintenant jugés pour un vol présumé – dont propre commission d'enquête du gouvernement gambien a déjà effacé, et l'organisation dont ils sont censés avoir volé a déjà déclaré qu'il était un mix-up administratif et n'a pas été en cour.

Presque 200 féministes lors du Troisième Forum féministe africain à Dakar a récemment signé une pétition soutenant Isatou et Amie. L'AFF exige que les charges soient abandonnées, ou au moins un procès équitable être garanti. Malheureusement, les fonctionnaires Ambassador et les hauts gambiennes ont toujours refusé de voir la délégation AFF, bien qu'ils aient été en mesure de déposer la pétition à l'ambassade. Néanmoins, la peur et colère des fonctionnaires de l'ambassade de Gambie montre que notre message est clair – unjustice ne sera pas prise en silence et il y aura des problèmes si cela se produit.

FR / FR

Coalition pour les droits de l'homme en Gambie, Dakar, Sénégal.
Communiqué de presse
11e Novembre 2010


URGENT: Gambie: Le procès des défenseurs des droits Dr deux femmes. Isatou Touray et Amie Bojang-Sissoho : Un cas de vol Sans plaignant - Yolocamba Solidaridad Not Present En Cour, principal témoin

La dernière audience du procès du Dr. Isatou Touray, le Directeur exécutif et Amie Bojang- Sissoho, Coordinateur de programme pour le Comité gambien sur les pratiques traditionnelles (GAMCOTRAP) qui a eu lieu le mercredi dernier, 3rd Novembre 2010, devant le magistrat Emmanuel Nkea du Tribunal de première instance de Banjul a commencé à soulever les sourcils.

Le Duo ont été accusés de vol de 30000 Euro de Yolocamba Solidarité. L'ensemble Gambie attendait les principaux témoins à être des citoyens espagnols représentant Yolocamba Solidaridad: mais ils étaient absents. Il est apparu que le Gouvernement de la Gambie représentait Yolocamba Solidaridad.

La cour a entendu les témoignages de deux exciseuses, Aminata Damba et Kaddy Damba, de Taibatu Village à West Wulli, Upper River Region (URR) et le village Saruja dans la région de la rivière centrale (PRP) respectivement. Les femmes ont expliqué comment ils se sont impliqués dans le travail avec GAMCOTRAP et de qui ils ont reçu chacun plus de D3000 (plus de US $ 100). L'un d'eux a même dit que même si elle est sa profession d'être une exciseuse, si le gouvernement pour lui demander d'arrêter, elle le ferait. Cela devrait être noté par tous ceux qui luttent contre les pratiques traditionnelles néfastes. Cela soulève également la question de savoir si le gouvernement est vraiment engagé à abolir les pratiques traditionnelles néfastes comme les mutilations génitales féminines lorsque les professionnels sont en attente de même à prendre la tête.

villageois innocents ont été traînés devant les tribunaux pour témoigner les avantages qu'ils ont reçus pour qu'ils laisser tomber le couteau exciseuses. L'ensemble de l'exercice de laisser tomber le couteau a été fait au Stade de Basse (environ 400km de la capitale Banjul) et attestée par tous les chefs de district de la région de la rivière Upper, Les chefs de village et les dirigeants des femmes représentant les exciseuses, et d'autres dignitaires et représentants d'organisations internationales et institutions, y compris un représentant de Yolocamba Solidaridad nationale et, Maria Jesus Rodriguez alias Susy qui a également fait une déclaration lors de la célébration. La Coalition pour les droits de l'homme en Gambie espère seulement que l'Etat ne sera pas oser faire glisser les femmes du village gambiens au tribunal et exclure les représentants de Yolocamba Solidaridad de comparaître comme témoins.

Le nouveau procureur surintendant Sainey Joof a informé la cour de son intention d'enregistrer une charge supplémentaire de la comptabilité frauduleuse, mais cela a été rejeté par l'équipe des avocats de la défense, conduite par M. Lamin Mboge. Selon les récits de témoins oculaires, la cour était pleine capacité et les témoins avait l'air furieux et distrait par leur manque de compréhension de ce qui se passait.

Il peut être rappelé que les deux éminents défenseurs des droits humains des femmes ont passé dix jours en détention avant d'être libéré sous caution le mercredi 20 Octobre, 2010 après une audience dans une salle d'audience bondée au tribunal de première instance de Banjul. La caution est d'un million cinq cent mille dalasis gambiens ($ US 50, 000) chaque, et deux cautions d'une propriété foncière.

Dr. Isatou Touray, le Directeur exécutif et Amie Bojang- Sissoho, Coordinateur de programme pour le Comité gambien sur les pratiques traditionnelles (GAMCOTRAP) ont été arrêtés le lundi 11 Octobre, 2010 par le personnel de sécurité gambiennes, détenu au poste de police de Banjul où ils ont passé la nuit, puis emmené à la Cour de Banjul Magistrates le jour 12 Octobre suivant, qui ont refusé leur caution et les envoya à Mile Deux prisons centrales. Ils ont été accusés de vol de 30,000 (Trente mille) Euros reçus d'une ONG espagnole Solidaridad Yolocamba.

Il est difficile de comprendre pourquoi le gouvernement Gambie est intéressé par cette affaire qui est tout simplement une affaire civile impliquant deux ONG. en outre, le rapport du groupe, il avait déjà mis en place est en désaccord avec les allégations. La Coalition pour les droits de l'homme en Gambie appelle le Gouvernement de la Gambie à renoncer à des témoins d'intimidation et de leur permettre de parler librement, sans contrainte ou manipulation. Il demande instamment au gouvernement de retirer l'affaire criminelle de la cour, pour permettre aux deux ONG pour régler tout problème qui peut exister entre eux et pour les affaires civiles de prendre des processus civils sans aucune interférence. La Coalition exige en outre que si les représentants de Yolocamba Solidaridad ne doivent pas apparaître comme principaux témoins montrent hors de tout doute ce qu'ils prétendent avoir été volé, alors le Gouvernement de la Gambie devrait retirer l'affaire du tribunal et leur permettre de poursuivre leur réclamation par action civile.

Les questions sont posées par nos collègues à l'étranger si GAMCOTRAP ne peut pas être considérée comme une menace politique par le gouvernement. La Coalition appelle donc tous les défenseurs des droits de l'homme de suivre le témoignage des femmes des villages. On pourrait découvrir qu'ils sont généralement à proximité des gouverneurs et chefs de villages, qui sont généralement impliqués par les ONG en raison de l'ensemble traditionnel jusqu'à. La Coalition demande également à la défense d'amener tous les gouverneurs, Village Heads, Les femmes leaders pour témoigner combien ils ont consommé et reçu de GAMCOTRAP et s'ils l'ont fait pour une raison quelconque politique. Cela devrait être transformé en le meilleur forum pour lutter contre la pratique traditionnelle néfaste en montrant comment tout le monde est bénéficiaire de programmes, quelle que soit leur appartenance politique ou non implication dans la politique. Les deux femmes seront à nouveau comparaître en cour à nouveau le 22 Novembre, 2010.

REMARQUE:

Dr. Isatou Touray et Mme. Amie Bojang-Sissoho ont pendant de nombreuses années été actif dans la promotion de l'égalité entre les sexes, droits des femmes et des enfants, en particulier dans la lutte contre les mutilations génitales féminines et autres pratiques discriminatoires. Dr. Touray est également secrétaire général du Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants (IAC). Elle est membre de Femmes sous lois musulmanes du conseil d'administration pour les deux dernières années, et également membre du conseil d'administration de Musawa basée en Malaisie. Au niveau national Dr. Touray est membre du conseil d'administration du réseau des femmes vivant avec le VIH / SIDA en Gambie - Mutapola et président du Réseau pour la consolidation de la paix en Afrique - WANEP.

Dr. Touray a été nommé «gambienne de l'année» dans 2008 par The Nouvelles et Weekly Report Magazine pour son travail autour de MGF et de promouvoir les droits des femmes et des enfants. Un prix qu'elle a reçu quand elle assistait à un programme de formation dans le Bwiam.

Dr. Touray a également reçu le "Woman of Courage" dans 2008 par l'ambassade américaine à Banjul. Elle a également été vainqueur des Cent Héroïnes du Monde par le Projet de santé des femmes de Rochester à la Rutgers University aux Etats-Unis d'Amérique.

Amie Bojang-Sissoho est journaliste et a contribué de manière significative aux femmes et le développement des enfants en particulier dans le domaine de la programmation éducative à la radio et de la télévision des services Gambie (GRTS). Elle a initié et a contribué à la création de programmes qui sont fondés sur les principes de la promotion de l'égalité des sexes et les droits des femmes. Elle a également contribué à faire ressortir les voix des femmes pauvres et impuissants à l'aide de la radio comme un outil pour l'autonomisation. Mme. Bojang-Sissoho est également président de l'Association des jeunes journalistes de la Gambie - YJAG.

Les deux femmes ont été actives dans divers réseaux relatifs aux droits de la promotion des femmes.

Pour plus d'informations, contact +221 33 867 95 87

ORGANISATIONS:-

– Réseau inter-africain pour les femmes, Médias, Genre et Développement - (FAMEDEV)

– Fédération Internationale des Journalistes (La FIJ)

– Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS)

– Rencontre Africaine pour le Défense Des Droits de l’Homme (RADDHO),

– Amnesty International, Section Sénégal

– Radio Alternative Voice for Gambiens-Radio AVG

– Article 19

– Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH)

– Réseau Presse et Parlement du Sénégal (REPPAS)

– Association des journalistes d'Afrique de l'Ouest (Waja).

Version française

Coalition pour Droits de l’homme en Gambie, Dakar, Sénégal.

Communiqué de presse

11 novembre 2010

Gambie : Procès des Défenseurs de Droits de la femme Docteur Isatou Touray et Amie Bojang-Sissoho : un cas de vol sans Plaignant – Le principal témoin Yolocamba Solidaridad ne s’est pas présenté au Tribunal

La dernière audience du procès de Docteur Isatou Touray, Directrice Exécutive et Amie Bojang-Sissoho, Coordonnatrice des programmes pour le Comité de la Gambie sur les Pratiques Traditionnelles (GAMCOTRAP) qui a eu lieu le mercredi 3 novembre 2010, sous la présidence du juge Emmanuel Nkea du Tribunal de Banjul a commencé à suscité des interrogations.

Les deux femmes sont accusées de vol de 30.000 Euros de Yolocamba Solidaridad et l’opinion publique en Gambie s’attendait à ce que le témoin principal Yolocamba Solidaridad soit représenté au procès par des citoyens espagnols. Mail ils n’étaient pas présents. Il est apparu que c’est l’Etat gambien qui a représenté Yolocamba Solidaridad.

La cour a entendu les témoignages de deux exciseuses, Amina Damba et Kaddy Damba, respectivement du Village de Taibatu à l’Ouest de Wulli dans la région de Upper River (URR) et du village de Saruja dans la région de Central River. Les femmes ont expliqué comment elles ont été impliquées dans les activités de GAMCOTRAP dont elles ont reçu chacune D3000 (environner US $ 100). L’une d’entre elles a même déclaré que bien que sa profession soit exciseuse, si le Gouvernement devait lui demander d’arrêter, elle le ferait. Cela est important pour tous ceux qui combattent les pratiques traditionnelles nuisibles. Cela pose également la question de savoir si le Gouvernement est vraiment résolu à la suppression des pratiques traditionnelles nuisibles comme les mutilations génitales féminines au moment où les professionnels n’attendent que lui pour prendre l’initiative.

Des villageoises innocentes ont été traînées devant la Cour pour témoigner des fonds reçus pour abandonner la pratique de l’excision. La décision de jeter les couteaux soit a été prise au Stade de Bassé (Situé à 400 km de la capitale Banjul) en présence des Chefs de Districts de la Région de Upper River, des chefs de village, des responsables des femmes exciseuses, ainsi que des dignitaires et représentants d’organisations nationales et internationales, y compris une représentante de Yolocamba Solidaridad, Maria Jesus Rodriguez alias Susy qui avait publié un communiqué lors de la célébration. La Coalition pour des Droits de l’homme en Gambie espère que l’Etat n’osera pas traîner uniquement des femmes rurales gambiennes devant la cour et exclure les représentants de Yolocamba Solidarité comme témoins.

Le nouveau Procureur Général Sainey Joof a informé la cour de son intention d’introduire une nouvelle accusation de comptabilité frauduleuse, mais cela a été rejeté par le pool d’avocats de la défense mené par Me Lamin Mboge. Selon des témoins oculaires, la cour était pleine à craquer et les témoins ont semblé exaspérés et distraits par leur manque de compréhension de ce que se passait.

Il faut rappeler que les deux femmes Défenseurs des Droits humains ont passé dix jours en détention avant d’être libérées sous caution le mercredi 20 octobre 2010 après une audience dans une salle pleine à craquer du Tribunal de Banjul. La caution est fixée à Un Million Cinq Cent Mille Dalasis gambiens (environ US $ 50, 000) ainsi qu’une propriété foncière en garantie.

Docteur Isatou Touray, Directrice exécutive et Amie Bojang-Sissoho, Coordonnatrice de programmes pour le Comité de la Gambie sur les Pratiques Traditionnelles (GAMCOTRAP) avaient été arrêtées le lundi 11 octobre 2010 par les forces de sécurité gambiennes et détenues au Commissariat de police de Banjul puis déférées à la Cour de Banjul le lendemain 12 octobre, qui leur a refusé la liberté provisoire avant de les envoyer à la prison de Mile Two. Elles sont accusées de vol de 30 000 (Trente Mille) Euros reçus d’une ONG espagnole Yolocamba Solidaridad.

Il est difficile de comprendre l’intérêt du Gouvernement pour une affaire civile liant deux organisations non gouvernementales. D’autant plus que la première commission d’enquête qu’il avait mise en place avait aboutit à la conclusion que les allégations étaient infondées. La Coalition pour des Droits Humains en Gambie invite le Gouvernement gambien à renoncer à l’intimidation des témoins et à leur permettre de parler librement sans contrainte ni manipulation. Il recommande vivement au gouvernement de retirer l’accusation criminelle en vue de permettre aux deux organisations non gouvernementales de régler le problème s’il en existe entre eux et éventuellement ouvrir une procédure civile sans interférence aucune. La Coalition exige en outre, que si les représentants de Yolocamba Solidaridad ne peuvent ni comparaître comme témoin principal, ni témoigner comme étant les principales victimes du vol, alors, le Gouvernement gambien doit retirer la plainte du tribunal et leur permettre de poursuivre l’affaire par une procédure civile.

Des collègues de l’étranger se demandent même si GAMCOTRAP n’est pas perçue comme une menace politique par le Gouvernement. La Coalition invite donc tous les défenseurs de droits de l’homme à suivre de près le témoignage des femmes des villages. Elles sont d’habitude proches des Gouverneurs et chefs de villages, qui sont d’habitude impliqués par l’organisation non gouvernementale à cause de l’aspect traditionnel. La Coalition invite aussi la défense à citer tous ces Gouverneurs, des Chefs de Village, des Femmes leaders pour témoigner de comment ils ont utilisé ce qu’ils ont reçu de GAMCOTRAP et s’ils l’ont fait pour des raisons politiques. Il s’agit là d’une occasion pour susciter un large débat pour montrer tous ceux qui ont pu bénéficier de ce programme sans tenir compte de l’appartenance politique. Les deux femmes apparaîtront de nouveau devant la cour le 22 novembre 2010.

NB : Pour plus d’information, prière nous contacter au +221 33 867 95 87

ORGANISATIONS:-

– Réseau Inter Africain pour les Femmes, Médias, Genre et le Développement – (FAMEDEV)

-Fédération Internationale des Journalistes (La FIJ)

-Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS)

-Rencontre Africaine de Défense Des Droits de l’Homme (RADDHO),

-Amnistie Internationale, Section Sénégal

-Radio -Voix Alternative pour les Gambiens (Radio AVG)

-Article 19

-Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH)

-Réseau Presse et Parlement du Sénégal (REPPAS)

-Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest (FUTUR).

Feminist Forum délégation africaine prenant la pétition pour Isatou et Amie à l'ambassade de Gambie à Dakar

Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer