Bibi Bakere Yusuf

Les féministes africaines

Je suis né à Lagos et passé mon enfance on. J'ai quitté le Nigeria pour assister le pensionnat en Angleterre quand j'étais 13, et de là, J'ai a étudié l'anthropologie et la communication au Goldsmith College, Université de Londres. J'ai ensuite fait une maîtrise en études de genre à l'Université de Warwick, suivi […]

Je suis né à Lagos et passé mon enfance on. J'ai quitté le Nigeria pour assister le pensionnat en Angleterre quand j'étais 13, et de là, J'ai a étudié l'anthropologie et la communication au Goldsmith College, Université de Londres. J'ai ensuite fait une maîtrise en études de genre à l'Université de Warwick, suivie d'un doctorat. Dans 2003, Je suis retourné au Nigeria pour reprendre une recherche Chercheur invité à l'Université Obafemi Awolowo (OUA) au Centre for Gender Studies. Suite à cela, J'ai commencé à travailler comme consultant pour divers organismes privés et les organismes de développement.

Dans 2005, J'ai co-fondé manioc République presse, une entreprise axée sur le meilleur d'édition en littérature africaine. Nous publions la fiction et non-fiction titres pour adultes et enfants. Nous sommes sur le point de lancer Ankara presse, une nouvelle empreinte consacrée au roman avec des personnages africains, ainsi qu'une série de "Crime de manioc". Je suis très heureux de ces nouvelles séries.

S'il y a suffisamment dédicace, d'édition – comme n'importe lequel des autres industries créatives – a le potentiel d'influencer et de modifier les idées et les attentes et les forme comment pense à la prochaine génération. C'est une industrie potentiellement transformatrice. Ce potentiel de transformation sociale informe notre sélection de matériel à publier.

Je me nomme une féministe parce que quand je pense que je suis aujourd'hui, ma force et mes passions, ma joie et douleur, mon désir et l'agitation, ils sont le résultat des femmes qui sont venus avant moi, les femmes dont les paroles sont devenues mes propres, les femmes qui ont refusé de s'asseoir tranquillement dans un peu d'angle ou s'agenouillent pour servir leurs hommes; les femmes qui ont combattu et continuent de se battre contre la tyrannie du Patriarcat; les femmes que je veux que mes enfants d'être et les femmes, je prie pour toutes les femmes voudront être. Je suis une féministe parce que je suis en colère. Je suis en colère contre l'inégalité, la poursuite de la violence, silencieux d'échappement et de la répression des voix féminines et la volonté de puissance. Je suis une féministe parce que j'aime être dans la communauté des femmes, même quand ils me causent parfois grande angoisse! Je suis une féministe parce que je crois que les choses peuvent être différentes et féminisme dans toute son imperfection est le seul mouvement pour le changement qui a réussi à intégrer toutes les différentes questions qui nous touche au profit de l'humanité tout entière. Mais le chemin à parcourir est encore long.

 


Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer