Préambule

Nommage de nous-mêmes en tant que féministes

Nous définissons et nous nommer publiquement en tant que féministes parce que nous célébrons notre identité féministe et politique. Nous reconnaissons que le travail des combats pour les femmes ’ des droits est profondément politique,et le processus de désignation est politique trop. Choisir de nous nommer féministe nous place dans une position clairement idéologique. En nommant nous-mêmes en tant que féministes, nous politiser la lutte pour les femmes ’ des droits de la,nous interroger sur la légitimité des structures qui empêchent les femmes subjuguées, et nous développons des outils d'analyse iniques et action. Nous avons plusieurs et identités variées comme Feminists.We africains sont des femmes africaines, que nous vivons ici en Afrique, et même si nous vivons ailleurs, notre accent est mis sur la vie des femmes africaines sur le continent. Notre identité féministe n'est pas qualifiée avec « Fi », « Mais ’, ou ' abondent ’. Nous sommes féministes. Arrêt complet.

Notre compréhension du féminisme et le patriarcat

En tant que féministes africaines notre compréhension du féminisme met les structures patriarcales de relations sociales et les systèmes qui sont incorporés dans d'autres structures d'oppression et d'exploitation au centre de notre analyse. Le patriarcat est un système d'autorité masculine qui légitimise l'oppression des femmes en politique,social,économique,culture juridique, institutions religieuses et militaires. Hommes ’ accès s à, et le contrôle des ressources et des récompenses dans le secteur privé et la sphère publique tire sa légitimité de l'idéologie patriarcale de la domination masculine. Le patriarcat varie dans le temps et l'espace, ce qui signifie qu'elle change au fil du temps, et varie selon la classe, course, ethnique, structures et relations impériale religieuses et globales. en outre, dans la conjoncture actuelle, le patriarcat ne change pas simplement fonction de ces facteurs, mais est interdépendants avec et informe les relations de classe, course, ethnique, religieux, et l'impérialisme mondial. Ainsi de contester le patriarcat efficacement aussi nécessite contestant les autres systèmes d'oppression et d'exploitation, qui souvent mutuellement de soutenir mutuellement.

Notre compréhension du patriarcat est cruciale parce qu'il fournit pour nous en tant que féministes, un cadre dans lequel d'exprimer l'ensemble des rapports d'oppression et d'exploitation qui affectent les femmes africaines. L'idéologie patriarcale permet et légitimise la structuration de chaque aspect de nos vies en établissant le cadre dans lequel la société définit et considère les hommes et les femmes et construit la suprématie masculine. Notre tâche idéologique en tant que féministes est de comprendre ce système et notre tâche politique consiste à y mettre fin. Notre objectif est se bat contre le patriarcat comme système plutôt que combats individuels hommes ou femmes. Donc, en tant que féministes, Nous définissons nos travaux qu'elle investit les énergies individuelles et institutionnelles dans la lutte contre toutes les formes d'oppression patriarcale et d'exploitation.

Notre identité en tant que féministes africaines

En tant que féministes qui viennent de/travailler/vivre en Afrique,nous prétendons que le droit et l'espace pour être féministe et africains. Nous sommes conscients que nous n'avons pas une identité homogène en tant que féministes – nous reconnaître et de célébrer notre diversité et notre engagement commun à un agenda iniques pour les sociétés africaines et des femmes africaines en particulier. C'est ce qui nous donne notre identité féministe commune. Notre actuel se démène comme féministes africaines sont inextricablement liés à notre passé comme un continent divers contextes pré-coloniale, esclavage, colonisation, luttes de libération, néocolonialisme, mondialisation, etc.. États de l'Afrique moderne ont été construits sur le dos des féministes africaines qui ont combattu aux côtés des hommes pour la libération du continent. Comme nous l'avons artisanat nouveaux États de l'Afrique dans ce nouveau millénaire, nous aussi d'artisanat de nouvelles identités pour les femmes africaines, identité en tant que citoyens à part entière, libérer de l'oppression patriarcale, avec droits d'accès, propriété et contrôle sur les ressources et notre propre corps et utilisant les aspects positifs de nos cultures dans libération et le maintien des moyens. Nous reconnaissons également que notre pré-coloniale, histoires et herstories coloniales et post-coloniales nécessitent des mesures spéciales soient prises en faveur des femmes africaines notamment dans des contextes différents.

Nous reconnaissons les acquis historiques et significatifs qui ont été faites par les femmes africaines ’ s mouvement au cours des quarante dernières années,et que nous faisons "BOLD" de prétendre à ces gains en tant que féministes africaines qu'elles est arrivées parce que les féministes africaines ont ouvert la voie, de niveau de la base et plus; ils couvririons, organisé, en réseau, suis allé sur le marché en signe de protestation et de grève,et a fait des recherches, une analyse, lobbying, renforcement des institutions et tout ce qu'il a fallu pour les États, employeurs et institutions à reconnaître les femmes ’ personnalité s.

En tant que féministes africaines, Nous sommes également partie d'un mouvement féministe global contre l'oppression patriarcale dans toutes ses manifestations. Nos expériences sont liés à celui des femmes dans d'autres parties du monde avec qui nous avons partagé solidarité et son soutien au fil des ans. Comme nous l'affirmons notre espace en tant que féministes africaines, Nous avons également s'inspirer de nos ancêtres féministes qui a ouvert la voie et ont permis d'affirmer les droits des femmes africaines. Que nous invoquons la mémoire de ces femmes dont les noms sont rarement enregistrés dans les livres d'histoire,Nous insistons pour que c'est une profonde insulte pour réclamer que le féminisme a été importé en Afrique de l'ouest. Nous récupérons et affirmer la longue et riche tradition de la résistance des femmes africaines au patriarcat en Afrique. Nous avons désormais revendiquer le droit à théoriser pour nous-mêmes, écrire pour nous-mêmes, élaborer des stratégies pour nous-mêmes et prendre la parole pour nous-mêmes en tant que féministes africaines.