Isatou Touray

Les féministes africaines

Je suis né à Banjul où je reçus mon éducation. Je initialement formé en tant que professeur, et a été publié dans diverses régions du pays, y compris les zones rurales. Je remarquai que les femmes travaillaient pour plus 18 heures et la marche pour de longues distances pour ramasser du bois avec leurs enfants sur leur dos. Comme un […]

Je suis né à Banjul où je reçus mon éducation. Je initialement formé en tant que professeur, et a été publié dans diverses régions du pays, y compris les zones rurales. Je remarquai que les femmes travaillaient pour plus 18 heures et la marche pour de longues distances pour ramasser du bois avec leurs enfants sur leur dos. En tant que professeur à la maison de l'artisanat, Je travaillais avec eux sur des activités telles que l'amélioration de la santé de la famille grâce à une meilleure éducation nutritionnelle et sur les compétences de construction pour la génération de revenus. Je compris que ces femmes ont également été exploitées et que leurs préoccupations ne sont pas prises en considération dans la plupart des activités de développement. Je les ai vus étant mobilisés pour participer à des ateliers, puis ont rien rapporté de nouveau à eux. Ils venaient me demander, "Ce qui est ressorti de la promesse faite par le ministère?”

De ce point, je me suis engagé à l'activisme de la base. Je me engage des communautés par le biais sensibilisation et de formation. J'utilise des informations provenant du terrain pour engager l'Etat et appelle à la responsabilité. Je fais partie maintenant à plusieurs réseaux, et les expériences que je gagner de ces initiatives mondiales sont diffusés pour donner aux communautés, les décideurs et les législateurs pour faire avancer l'agenda féministe sur le développement. J'ai également mené des recherches de doctorat. Je travaille maintenant en tant que directeur exécutif du Comité gambien sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des filles (GAMCOTRAP), une organisation de défense des droits des femmes que je co-fondé en 1992 pour promouvoir la santé et les droits sexuels et reproductifs, et travailler à éliminer les mutilations génitales féminines.

Je me appelle une féministe parce que je crois en la puissance et de l'âme des femmes. Je ne dois pas agir comme un homme ou manifester des tendances machistes pour être accepté dans certains contextes. Je sens que mes droits font partie de l'ensemble, et ce que je choisi d'être ne devrait pas être la raison de la discrimination. J'ai vu comment les femmes sont subordonnées dans diverses cultures, traditions et religions. Je l'ai vu et vécu les incohérences des interprétations sur les questions touchant ma vie et comment ceux-ci viennent d'être différent pour les hommes. Toutes ces expériences ont accumulé au fil des ans et m'a fait une féministe. Si le féminisme est à propos de la libération des femmes que j'ai choisi de faire seulement que. Si le féminisme est sur l'auto-détermination des femmes et de retrouver mon intégrité, J'ai choisi de vivre! Je suis une militante féministe parce que je voudrais voir une transformation qui donne à la fois des hommes et des femmes à l'égalité des chances de se réaliser. Je veux faire partie de la création d'un monde sans discrimination, un monde qui reconnaît la diversité pour nous permettre de vivre en paix et en harmonie les uns avec les autres. De la fin, je l'ai pris à l'écriture de nos expériences et de documenter notre travail pour la postérité et la consommation publique. Nous devons laisser un héritage qui se souvient à l'avenir.


Envoyer

Le « projet d'ancêtres féministe africaine » vise à documenter la riche histoire des luttes des femmes américaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer