Prudence Mabele Nobantu

Les féministes africaines

Je suis née à Benoni, dans l'est de Johannesburg. Je suis une féministe, défenseur des droits humains des femmes et un sangoma (guérisseur traditionnel). Je suis le directeur exécutif du réseau des femmes positives, une organisation que j'ai fondé en 1996 pour fournir un espace pour les femmes séropositives d'aborder nos économiques, l'éducation et la santé […]

Je suis née à Benoni, dans l'est de Johannesburg. Je suis une féministe, défenseur des droits humains des femmes et un sangoma (guérisseur traditionnel). Je suis le directeur exécutif du réseau des femmes positives, une organisation que j'ai fondé en 1996 pour fournir un espace pour les femmes séropositives d'aborder nos économiques, l'éducation et aux besoins de santé et à projeter notre voix et la demande de services, droits et le respect. J'ai été une des premières femmes noires en Afrique du Sud à déclarer publiquement ma séropositivité positive, et a rejoint avec d'autres militants pour fonder la Treatment Action Campaign (TAC) dans 1998. Je continue à se mobiliser pour les droits des femmes y compris la santé sexuelle et reproductive et les droits des femmes séropositives. Au fil des ans, j'ai préconisé et formés autour des femmes contrôlée des technologies de prévention tels que les microbicides et le préservatif féminin. J'ai préconisé pour l'accès aux traitements, pour des soins appropriés et de soutien pour les femmes vivant avec le VIH, prévention positive comme une responsabilité partagée, où tous les gens connaissent leur état et utiliser une protection. Pendant trop longtemps, nous avons placé le fardeau sur les femmes de déclarer leur statut et de prendre des précautions- et pourtant, nous savons que les hommes et les femmes doivent partager la responsabilité! J'ai également mobilisées autour de fin de la violence contre les femmes, et je suis un membre de la campagne One in Nine qui a démarré en réponse au procès de viol (le président adjoint) Jacob Zuma. La campagne prend son nom du fait que seul un dans neuf viols dans mon rapport le crime à la police, qui montre comment peu accueillant le système de justice est pour les femmes.

Dans mon travail, j'encourage les femmes à prendre en charge leur vie et aussi de tenir les décideurs responsables de mettre en oeuvre les programmes qui répondent aux besoins des femmes. J'ai eu le privilège d'être invité à représenter les différents groupes de personnes- Personnes séropositives, Femmes VIH , et les militants des droits de la femme- et je ne prends pas cette responsabilité légèrement. J'ai siégé représentant les personnes vivant avec le VIH / sida, South African National AIDS Council. Dans 2004 J'ai été sélectionnée pour porter le flambeau olympique dans le cadre d'un relais de la flamme international pour les Jeux olympiques d'Athènes. Je crois que la qualité du leadership des femmes est encore plus importante que le nombre de femmes dans le leadership. Dans ma propre vie, et dans la formation et l'autonomisation de travail que je fais, J'ai essayer de faire valoir que les dirigeants doivent vivre leurs convictions, et pour être équitable et responsable.

Notre société est toujours encadrée par le pouvoir patriarcal. je, comme toutes les femmes de ma société, face à l'exploitation et l'oppression par les structures patriarcales qui légitiment l'oppression des femmes en politique, social, économique, culture juridique, institutions religieuses et militaires. La plupart de nos ressources est toujours contrôlée par les hommes, et « culture » est encore utilisée comme une excuse pour perpétuer l'oppression. Je suis une féministe parce que je mets au défi ces normes


Envoyer

Le « projet d'ancêtres féministe africaine » vise à documenter la riche histoire des luttes des femmes américaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer