Sylvia Tamale

Les féministes africaines

Je suis un universitaire, un avocat, sociologue et militante féministe. Je suis également professeur agrégé et actuellement le doyen de droit à l'Université Makerere, la première femme à occuper le poste en Ouganda jamais. Je suis diplômé avec un Bachelor of Laws de l'Université Makerere, une maîtrise en droit de l'Université Harvard et d'un doctorat […]

Je suis un universitaire, un avocat, sociologue et militante féministe. Je suis également professeur agrégé et actuellement le doyen de droit à l'Université Makerere, la première femme à occuper le poste en Ouganda jamais. Je suis diplômé avec un Bachelor of Laws de l'Université Makerere, une maîtrise en droit de Harvard University et un doctorat en sociologie et en études féministes de l'Université du Minnesota. Je me nomme une féministe parce que le terme incarne ma résistance politique à l'idéologie patriarcale/impérialiste, institutions et structures. Dans 2003, un sondage de fin d'année mené par la nouvelle Vision — plus grand journal de l'Ouganda — me voté « Le pire femme de l'année » en raison de mon soutien vocal et "radical" pour les droits sexuels. J'ai fait un badge de pire-femme-of-the-Year d'honneur que je porte avec beaucoup de fierté et dignité!

Féministes en Afrique sont aujourd'hui aux prises avec une résurgence de la culture, fondamentalismes économiques et religieux, qui représentent l'extrémisme patriarcale/capitaliste. Ceux-ci sont protégés par des États patriarcaux répressifs qui ne reculeront devant rien pour protéger le privilège et le pouvoir des hommes. Dans mon propre travail, j'ai essayé de relever ces défis tout d'abord en essayant de transformer la conscience (et j'espère que la vie) des jeunes gens dans la salle de conférence, dans ma propre famille (J'ai deux jeunes fils) et dans divers espaces publics. Deuxièmement, Mes sœurs activistes et moi avons confronté l'oppression patriarcale et discours par le biais des tribunaux, recherche et les médias. Nous avons contesté avec succès les lois oppressives et discriminatoires à la Cour constitutionnelle ougandaise au sujet des droits des femmes au divorce, l'adultère et à l'héritage des législations. C'est aussi grâce à l'activisme de chambre de Cour que nous avons gagné une décision historique de la Haute Cour en affirmant les droits fondamentaux des lesbiennes ougandaises à la vie privée, propriété et protection contre la torture.

La tâche de remettre en cause un système patriarcal tout-puissant est intimidante, mais certainement pas insurmontable. Pour réussir dans cette entreprise, féministes doivent participer activement au processus économiques et politiques et tous les niveaux de bureaux publics. Il faut aussi affiner notre analyse conceptuelle des institutions patriarcales hégémoniques et ses différentes structures du pouvoir, y compris dans la sexualité, loi, culture, religion, langue et médias. Et les féministes en Afrique doivent reconstituer régulièrement leurs énergies politiques et personnels, ainsi que de leurs rangs pour activisme sans passion bientôt se dissipe en simple rhétorique prop.

Malgré les difficultés, je reste certain que le changement peut se produire. Je prends inspiration dans la nature, livres, enfants, optimisme, justice et je suis toujours soulevé par les mots dans la Déclaration universelle des droits de l'homme: « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits…”


Envoyer

Le « projet d'ancêtres féministe africaine » vise à documenter la riche histoire des luttes des femmes américaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer