Il ’ s aucune telle chose comme ‘ sans voix’

Afrifem nouvelles, Blog, Campagne de, Discussion, Protestation/militantisme

par Hannah Olutimehin “Il ’ s vraiment aucune telle chose comme ‘ la consonne ’. Il y a seulement les délibérément censurés ou la préférence inouï.” – Arundhati Roy En trois ans’ temps, ma fille aura cinq ans. Elle aura commencé l'école, appris à lire et à faire de la bicyclette, a décidé que les garçons sont méchant et maîtrisé la […]

par Hannah Olutimehin

“Il ’ s vraiment aucune telle chose comme ‘ la consonne ’. Il y a seulement les délibérément censurés ou la préférence inouï.” – Arundhati Roy

NoSuchThingVoiceless

En trois ans’ temps, ma fille aura cinq ans. Elle aura commencé l'école, appris à lire et à faire de la bicyclette, a décidé que les garçons sont méchants et maîtrisent l'art de poser des questions je n ’ t connaître les réponses à. Et tous les jours pendant les trois prochaines années, J'ai sans doute sera là pour aider à faire leurs devoirs ou chercher quand elle tombe ou admettre – en personne, tenant sa main ou en l'embrassant – que je n ’ t tout savoir. Je serai la maison en toute sécurité, entouré de gens que j'aime. Mais pour Yara Sallam, Sanaa Seif, Hanan Mustafa Mohamed, Salwa Mihriz, Samar Ibrahim, Rania El-Sheikh, Nahid Sherif (connu comme Nahid Bebo), Fikreya Mohamed et quinze autres militants, ce n'est pas le cas. Pour les trois prochaines années, ces militants de vingt-trois sera en prison, tout simplement parce qu'ils ont eu l'audace de protester contre les violations de leurs droits de l'homme universels.

La plupart d'entre nous n'auront pas la perspective de temps de prison suspendue au-dessus de nos têtes. Personnellement, l'intérieur d'une prison cellulaire isn ’ t quelque chose je ’ ve déjà beaucoup réfléchi à, parce qu'il ya des choses que vous faites que vous obtenez en prison – vous voler ou violer ou passer des personnes innocentes ’ médicament s, et puis vous avez besoin de s'inquiéter d'incarcération – mais vous mettez ’ t aller en prison pour réunion avec huit camarades partageant les mêmes idées dans une protestation pacifique contre une loi qui contraire à vos droits, et vous certainement Don ’ t aller en prison pour l'achat aurait été de l'eau dans le même quartier où neuf militants protestent. Droit?

Mal.

Si vous ’ re un défenseur des droits de l'homme femme en Egypte, vous allez à la prison pour ces choses, pendant trois ans, après que dépenses de quatre mois en prison alors que le gouvernement fait son nez à votre humanité et jouets avec vos proches. Vous allez à la prison pour être une femme n'ayant pas peur d'utiliser sa voix pour lutter pour la libération et la dignité de son peuple. Le gouvernement va mentir contre vous, intimider et vous battre, désinformer et de tromper les gens vous aimez et confiance, et vous garder derrière les barreaux pour aucune cause juste parce que vous avez refusé de les laisser s'en tirer avec le meurtre. Ils tenteront de vous utiliser comme un exemple, pour envoyer le message: se taire ou nous fera taire vous. Mais ils oublient, ce gouvernement oublie, que ces femmes ne combattaient pas seul sur juin 21, et maintenant ils ne sont pas seuls. Quand ils parlaient, ils ont parlé de toutes les femmes, tous les enfants, toutes les personnes – “Nous avons des droits. Nous exigeons qu'ils soient reconnus.” Ils parlaient pour moi et les gens que j'aime trop.

Je pense à ce que cela signifie, pour moi, pour ma fille, pour les autres femmes et filles du continent, Si nous permettons au combat de Yara, Message de sanaa, de se taire de cette façon. Je pense à quel point il nous semble que le choix plus facile est d'arrêter de se battre parce qu'il peut y avoir danger, mais je sais que le danger ne disparaîtra jamais si nous ne combattons pas. Je ne veux pas ma fille grandir dans une Afrique où elle a seulement comme bon nombre des droits que n'importe quel gouvernement choisit de lui « donner ». Je ne veux pas ma fille à traiter avec le même inquiète d'intimidation et de violence sexiste que Hanan et Salwa et Nahid sont punis pour dénoncé. Je ne veux pas à avoir à vivre dans la peur d'un gouvernement qui est censé pour protéger son. Qu'importe si j'ai embrasser ses ecchymoses et fixer ses égratignures maintenant, Quel est le point de lui d'utiliser sa tête et de suivre son cœur et de dire sa vérité, Si plus loin vers le bas de la ligne elle peut avoir sa vie entière arrachée pour exactement ce que?

C'est pourquoi je dois ajouter ma voix au cri. Ces vingt-trois activistes ne étaient pas parler pour eux-mêmes seul, et si même enfermé, intimidé et battu, leurs voix continueront à sonner. Ils ne peuvent pas – sera jamais – se taire. Nous sommes avec nos sœurs. Nous nous levons pour nos sœurs. Aussi longtemps que nos sœurs sont menacés, Nous allons continuer à dénoncer les. Où ils ont été réduits au silence, nos voix prendra la relève. Jusqu'à ce qu'ils sont libres, Nous allons examiner le cri pour la justice – blessure, Sanaa, Hanan, Salwa, Samar, Nahid, Fikreya – Nous utiliserons nos voix jusqu'à ce que vous êtes libre d'utiliser le vôtre une fois de plus. Pour mes soeurs et pour nos enfants, J'ai choisi de me joindre à la lutte.

Ne vous?

 

Olutimehin Adegbeye poème récite 3Olutimehin Adegbeye est une jeune mère célibataire et conteur travaille hors de Lagos, Nigeria. Elle identifie comme une féministe et utilise son écriture comme une forme d'activisme. Olutimehin fait partie des femmes africaines du Fonds de développement (AWDF) Communauté des femmes africaines écrivains. Cliquez ici pour en savoir plus.

Envoyer

Le « projet Ancêtres féministes africaines » vise à documenter l'histoire riche des luttes des femmes africaines pour l'autonomie et le changement. Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous souhaitez contribuer détails d'une féministe Ancêtre africaine à ce projet.

Envoyer